Leif Ove Andsnes
Vendredi 25 novembre à 20h00 • Auditorium de l’Opéra
Bordeaux

Un pianiste de légende...

Leif-Ove-Andsnes-3-Gregor-Hohenberg_portrait.jpg

Pour la première fois à Bordeaux !

Qualifié de « pianiste doté d’une élégance, d’une énergie et d’une intuition magistrales » par le New York Times, Leif Ove Andsnes est également considéré par le Wall Street Journal comme « l’un des musiciens les plus doués de sa génération ». Grâce à sa virtuosité technique et à ses interprétations recherchées, ce célèbre pianiste norvégien est acclamé dans le monde entier. Il a joué des concertos et des récitals dans les plus grandes salles de concert du monde, accompagné par les orchestres les plus prestigieux. Passionné de musique de chambre, il est le directeur fondateur du Festival Rosendal de musique de chambre, qui, cette année, met à l’honneur Beethoven, avec quatre jours de concerts et de conférences, et plus de 20 artistes invités.

Leif Ove Andsnes a ouvert la saison 2019/20 en réinterprétant une œuvre qu’il avait souvent jouée à ses débuts, mais qu’il avait rarement interprétée au cours de ces dix dernières années. Le concerto pour piano de Grieg était l’œuvre centrale d’un programme avec le Concerto Copenhague, la ville où le concerto a été joué pour la première fois il y a 150 ans. Le concerto a également été interprété en tournée avec l’Orchestre philharmonique d’Oslo et dans le programme d’ouverture de sa saison d’artiste en résidence avec l’Orchestre symphonique de Göteborg. Après la Scandinavie, Leif Ove Andsnes s’est rendu aux États-Unis pour interpréter à nouveau Grieg, d’abord avec l’Orchestre symphonique de Chicago et Riccardo Muti, puis avec des représentations à Boston et au Carnegie Hall de New York avec Andris Nelsons et l’Orchestre symphonique de Boston. D’autres représentations de l’œuvre sont prévues cette saison avec des concerts avec la NDR Elbphilharmonie et Alan Gilbert, l’Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg et Yuri Temirkanov, et lors de sa tournée en Corée du Sud et en Chine avec Edward Gardner et l’Orchestre philharmonique de Bergen.

Après le succès de leur collaboration « Voyage avec Beethoven », Leif Ove Andsnes et l’Orchestre de chambre Mahler s’associent une fois de plus pour initier un autre grand projet pluriannuel intitulé « Mozart Momentum 1785/86 », pour explorer l’une des périodes les plus créatives et novatrices de la carrière du compositeur. Cette saison, leur tournée sillonne toute l’Europe, et ils enregistreront les concertos n° 20-22 pour piano de Mozart, ainsi que de la musique de chambre, en direct au Festival de printemps de Prague pour une sortie à l’automne chez Sony Classical. Leif Ove Andsnes interprète également Mozart avec l’Orchestre philharmonique de Berlin, l’Orchestre symphonique de San Francisco, l’Orchestre de chambre Saint-Paul, l’Orchestre philharmonique d’Oslo et l’Orchestre symphonique de Göteborg.

En récital, Leif Ove Andnses retrouve son partenaire habituel, le baryton-basse Matthias Goerne, pour une soirée entièrement consacrée aux lieder de Schumann à La Scala de Milan, et inaugure une tournée européenne de récitals en solo avec un nouveau programme comprenant Impressions poétiques op. 85 de Dvořák, rarement interprété, Trois Burlesques de Bartók op. 8 et le Carnaval de Schumann op. 9. Parmi les destinations du récital, citons Göteborg, Vienne, Copenhague, Amsterdam, Lisbonne et le Wigmore Hall de Londres.

Leif Ove Andsnes enregistre désormais exclusivement pour Sony Classical. Sa discographie précédente compte plus de 30 disques pour EMI Classics : en solo, en concerto ou en chambre, dont beaucoup en tête des ventes, couvrant un répertoire de l’époque de Bach à nos jours. Il a été nominé pour onze Grammy et a reçu de nombreux prix internationaux, dont six décernés par les Gramophone Awards. Ses sorties récentes incluent Sibelius au palmarès des meilleures ventes, ainsi que Chopin : Ballades & Nocturnes (Sony Classical), Stravinsky : Le Sacre du printemps et d’autres œuvres pour deux pianos et quatre mains avec Marc-André Hamelin (Hyperion), et Schumann : Liederkreis & Kernerlieder avec Matthias Goerne (Harmonia Mundi).

Leif Ove Andsnes s’est vu attribué la haute distinction de Commandeur de l’Ordre royal norvégien de Saint-Olav et, en 2007, a reçu le prestigieux prix Peer Gynt. Il a également été récompensé par le prix « Instrumentaliste de l’année » de la Royal Philharmonic Society et le prix Gilmore Artist Award, et a été intronisé au Gramophone Hall of Fame en juillet 2013. Il a reçu des doctorats honorifiques de la Juilliard School de New York en 2016 et de l’université de Bergen de Norvège en 2017. Saluant ses nombreuses prouesses, le magazine Vanity Fair a nommé Leif Ove Andsnes l’un des « meilleurs parmi les meilleurs » en 2005.

Né à Karmøy en Norvège en 1970, Leif Ove Andsnes a étudié au Conservatoire de musique de Bergen sous la direction du célèbre professeur tchèque Jirí Hlinka. Il a également reçu de précieux conseils du professeur de piano belge Jacques de Tiège qui, comme Hlinka, a grandement influencé son style musical et sa philosophie. Il est actuellement conseiller artistique de l’Académie de piano du professeur Jirí Hlinka de Bergen, où il donne régulièrement des cours de maître aux étudiants participants. Leif Ove Andsnes vit à Bergen avec son épouse et leurs trois enfants.

 Présentation du programme par Leif Ove Andsnes

"L'hommage de Leoš Janáček à un ouvrier tué lors d'une manifestation le 1er octobre 1905 est d'une terrible actualité aujourd'hui. Au moment où j'écris ces lignes (fin septembre 2022), de jeunes manifestants iraniens sont tués dans les rues de Téhéran, et de braves Russes descendent dans la rue pour exprimer leur opinion contre une guerre dévastatrice, au péril de leur vie. La sonate de Janáček est pleine de la colère et de la tristesse que nous ressentons en ce moment, confrontés à une guerre absurde en Ukraine. En épilogue du Janáček, je jouerai une des Bagatelles de l'Ukrainien Valentin Silvestrov, des fragments oniriques qui semblent nous parler d'une époque ou d'espoirs empreints de choses meilleures.

En 2019, j'ai invité le compositeur septagénaire Alexander Vustin au festival de musique de chambre Rosendal en Norvège. Ce n'était que la deuxième fois qu'il voyageait hors de Russie. Clairement marqué par les années de régime oppressif de son pays, c'était des plus touchants de le connaître lui et sa musique mais aussi de le voir écouter de tout son être les représentations de Chostakovitch au festival. Cela m'a profondément attristé d'apprendre qu'il est décédé lors des premières vagues d'infections par le Covid à Moscou en avril 2020.

Le Lamento de Vustin rejoint le chant de plainte de Beethoven (Klagegesang) dans l'opus 110, un air d'opéra des plus profonds, le cœur de cette sonate compacte, qui juxtapose « art majeur et mineur », la spiritualité des airs et des fugues dans le dernier mouvement, les chants folkloriques enfantins du scherzo.

"Majeur et mineur" pourraient également être un thème pour les treize pièces programmatiques de l'op. 85 de Dvořák. Des nouvelles poétiques comme "Chemin Nocturne" ou "Au vieux château" coexistent avec la trivialité dans "Badinage" ou "Causerie". Voici l'intimité dans Rêverie, le drame dans "Sur une tombe", la virtuosité sauvage dans "Bacchanale" et une "Sérénade" qui se transforme en la plus touchante des chansons d'amour. La pandémie m'a donné la possibilité d'étudier enfin ce cycle étrangement négligé. Ce fut une découverte des plus merveilleuses, une musique inspirante de la plus grande invention et imagination."  Leif Ove Andsnes