Jacky Terrasson

mardi 29 novembre 2011 à 20h00
Rocher de Palmer (Cenon) - 6 et 25 €

Jazz

  • Carte Blanche

Après être passé par les rigueurs de l’apprentissage, et avoir gagné une reconnaissance plus que méritée, Jacky est prêt à risquer sa propre musique à travers 
le trio. Un peu plus d’un an après le début de leur collaboration  ; Jacky, Ugonna et Leon entrent en studio pour enregistrer leur premier disque pour Blue Note, intitulé Jacky Terrasson. L’approche musicale fluide 
et pleine de style est influencée autant par le quintet de Miles Davis du milieu des années 60 que par le trio plus classique d’Ahmad Jamal.

Un an exactement après son triomphe au concours Thelonious Monk, Terrasson est présenté dans le 
New York Times magazine comme l’un des trente 
artistes susceptibles de changer la culture américaine dans les trente prochaines années.

En 2000, c’est un projet audacieux À Paris, projet se nourrissant 
des mélodies de la chanson française, réarrangées comme des standards de jazz. Jacky invente une nouvelle source d’inspiration pour le Jazz, le répertoire 
de la chanson française. Pendant presque deux ans, 
en trio, Jacky parcourt le monde pour présenter 
ce disque. Cette année-là, À Paris sera un des albums jazz les plus vendus en Europe. Il est également sélectionné aux Grammy Award pour sa collaboration avec le vibraphoniste Stephon Harris (album Kindred) et aux Victoires du Jazz en France (album À Paris).

Ces deux années de concert en trio, avec Sean Smith 
et Éric Harland sont à l’origine de son nouvel album Smile sorti en 2002. Nous sommes loin des rencontres improvisées et sans spontanéités. Ces trois-là jouent ensemble, se connaissent, s’apprécient et sont amis. Nul doute que la musique s’en ressente. Pendant cette période et encore aujourd’hui, Jacky retrouve régulièrement Michel Portal, un autre artiste majeur 
du jazz, pour des concerts rares mais mémorables 
à travers le monde. Il aura fallu quatre années pour que Jacky se décide 
à sortir enfin son premier album solo Mirror en 2007. La presse l’encense «  Cela valait la peine d’attendre, tant de sentiments justes, de tenue, de vérité musicale, une si belle solitude  » Telerama. « MIRROR témoigne de son irruption dans l’univers cadenassé de ces rares pianistes (Herbie Hancock, Keith Jarrett, Ahmad Jamal) 
dont on prétend qu’ils sont des monstres du subtilité  » Liberation.

Il est amusant de noter que dans tous les disques de Jacky 
Terrasson, une logique s’opère, et chaque nouveau disque est en fait toujours annoncé dans les précédents, 
preuve d’une très grande cohérence et maîtrise de l’artiste.

Après trois ans d’absence discographique depuis son magnifique album solo Mirror, le pianiste franco-américain nous revient. Il repasse enfin l’Atlantique chargé d’un album plus personnel que jamais  : Push. La nouvelle production de Jacky Terrasson, est le fruit de la collaboration d’un trio inédit et exceptionnel composé du bassiste Ben Williams (récent lauréat 
du Concours Thelonious Monk) et du fantastique batteur Jamire Williams, avec le renfort d’une poignée d’invités prestigieux. Push, onzième album du pianiste et premier chez Concord Jazz, repousse les limites de son art, avec des compositions personnelles sémillantes plus «  punchy  » que jamais et ourlées 
de trois standards familiers et réinventés.

Depuis son entrée fracassante sur la scène jazz en 1993 couronné du Prix Thelonious Monk, l’extraordinaire pianiste Jacky Terrasson a constamment enregistré une musique riche et raffinée avec une liberté d’esprit remarquable. Après une série de dix albums pour Blue Note Records, Push, son premier pour Concord Jazz est un bijou de onze titres qui dévoile une nouvelle facette de sa créativité technique et de son ingéniosité.

Mentions légales - Partenaires - Contacts / Réservations - Webmail